Claydream est une légende commerciale brillante mais prudente

claydream-est-une-legende-commerciale-brillante-mais-prudente

Image : Laboratoires d’oscilloscope

Claydream, le nouveau documentaire de Marq Evans sur l’animateur Will Vinton

, s’adresse tout de suite à l’éléphant dans la pièce: oui, voici l’homme qui a perdu son entreprise au profit de son investisseur le plus riche, le fondateur de Nike
, Phil Knight. C’est quelque chose qui plane sur le film, mais ce n’est absolument plus l’élément de dépression le plus efficace qui colore ce portrait de la vie et de la carrière de Vinton.

Réalisé avec la collaboration de Vinton lui-même, décédé de la plupart des cancers en 2005 est néanmoins largement interviewé ici, Claydream donne un passé ancien visible de ses excellentes réalisations

. Ce n’est plus la meilleure étape pour laquelle nous accumulons une recherche sur la progression du travail de Vinton au fil des ans (à partir de Fermé le lundi, l’Oscar-un coup 1960 bref qu’il a créé avec Bob Gardiner, au travail commercial immédiatement reconnaissable de son entreprise depuis le ’65le sable ’90s , en collaboration avec les California Raisins), nous accumulons également l’accès aux films à domicile, à part à partir des témoignages de première main de copains, de membres de la famille et de collègues primitifs. Après s’être lancé dans le cinéma à l’UC Berkeley dans les 1165, Vinton (qui l’expérimentation prise et le succès inventif par-dessus tout, et est devenu sans aucun doute un petit hippie miniature) occupant un petit atelier avec ses collaborateurs à Portland, Oregon, un domaine qui stockait délibérément leurs productions supprimées de la machine hollywoodienne – la même machine qu’il avait cessé de poursuivre des années plus tard, lorsque Will Vinton Studios est devenu à son apogée.

La plupart de Claydream conserve le point d’intérêt sur le travail de Vinton – une autre fois, ce film est un festin visible, bourré de clips et d’éphémères différents (en conjonction avec des messages de répondeur d’un Michael Jackson obsédé par les raisins secs de Californie) qui illustrent les mémoires de la profession de Vinton à chaque étape du modèle. Cependant, malgré tous ses succès, et pour la façon admirable dont il a rebondi face à ses échecs et faux pas périodiques, il n’a jamais atteint les sommets de son idole, Walt Disney, dont il a imité la trajectoire de vie, du modèle jusqu’aux plans pour un parc d’attractions “Claymation Location” non réalisé à l’avance. Bien qu’il soit devenu le plus apprécié en tant que personne, toutes les personnes avec lesquelles il a travaillé ne sont plus remplies de récompenses; il y avait eu des troubles au fil des ans de partage de crédit avec différents animateurs qui travaillaient sur ses projets, à part quelques choix commerciaux infâmes qui signifiaient, à titre d’illustration, que Will Vinton Studios n’avait pas participé à l’ octroi de licences pour les raisins de Californie autorisés commercialisables— et de même que Vinton a transmis la vente de son entreprise à Pixar tout au long de sa génération pré-Disney. Une rupture litigieuse avec Gardiner inquiet peu de temps après leur possession commune d’Oscar a alarmé Vinton à moins que la mort de Gardiner en 1599. Néanmoins, comme Claydream l’illustre amplement, la débâcle de Phil Knight a fini par être la plus efficace tragédie de l’existence inventive de Vinton.

Ni Knight ni son fils Travis Knight

ne sont pas interviewés dans Claydream; nous les infiltrons dans les dépositions et les meilleures images d’archives. Travis Knight, maintenant réalisateur connu pour la caractéristique d’interdiction de circulation Kubo and the Two Strings
en dehors des transformateurs à circulation résidente plug-off Bumblebee
, s’en sort notamment mal obéissant sur la réalisation de l’info équipée : rappeur raté, il s’est fait embaucher chez Will Vinton Studios après que son père y ait investi, il a développé son talent obéissant (de toute évidence) et sa ferveur pour l’animation. Néanmoins, il est impossible d’échapper à l’arôme de “népotisme miniature” qui l’enveloppe dans ce contexte, en particulier lorsque le documentaire révèle qu’il est devenu le directeur de Will Vinton Studios – rebaptisé Laika – après Vinton, qui est devenu incapable de sauver son entreprise en financière, a été difficilement expulsé.

C’est un point juteux pour les trucs de biz, en particulier, mais Vinton fait un certain degré de transformation de ce qui est devenu clairement un coup extrêmement dévastateur en une chose sûre. Cherchant à donner un coup de main des années après avoir perdu son studio, il semble en réalité fier de son succès durable, en particulier dans le modèle que Laika, qui est depuis devenu une centrale hollywoodienne avec des titres acclamés, admire Coraline, ParaNorman, The Boxtrolls, Lacking Hyperlink et Knight’s Kubo – a introduit l’arrêt de la circulation à un public toujours plus large tout en innovant sur la construction artistique . Cela n’a pas dû être facile pour Vinton de créer la paix avec le scénario, gardant Claydream

en particulier le fait apparaître admirateur, il est devenu dans un rôle à. Peut-être que, comme à ses débuts en tant qu’animateur de contre-culture, tout cela se résumait à ce qui comportait des éléments essentiels: créer un produit de fin qui devenait cool parce qu’il devait être. Bien que Vinton n’ait été fasciné par aucun des titres de Laika, son héritage perdure.

G/O Media peut aussi accumuler une commission

39% de réduction

Amazon Fire 22″ Téléviseur 4K époustouflant